Longueur d’un article : N’y-a-t-il que la taille qui compte ?

Classé dans : Stratégie webprospection | 0

Chacun est en droit de se demander, est-ce que c’est vraiment la taille qui compte ? N’y voyez aucune malice, il s’agit de s’interroger sur la longueur d’un article. Est-il préférable d’écrire 100, 200, 1 500 mots ? La taille compte mais ce n’est pas le seul critère qui rentre en jeu pour qu’il soit bien référencé par le géant Google. En effet, d’autres paramètres rentrent en considération comme le contenu de l’article ou les mots-clés présents dedans.

 

Combien de temps pour un article ?

 

D’après Google justement, une personne « normale » tape 40 mots à la minute. Si vous prenez par exemple un article de 1500 mots, cela vous fait 37 minutes et 30 secondes passées à le faire. Évidemment cela prend beaucoup plus de temps, avec la lecture de différentes sources, le temps à penser le titre et les sous-titres, ajouter l’écriture et la relecture, …

En réalité, en moyenne il faudrait 4 à 5h pour écrire cet article, en sachant qu’un travailleur est productif réellement 3 heures par jour, il prendrait 2 bonnes journées à être écrit.

Sur Inbound.org, la question a été posée de savoir combien de temps cela mettrait d’écrire un article de 1500 mots ou plus. Une trentaine de personnes ont répondu et leurs réponses sont très variables et dépendent aussi du sujet, de la langue, du temps de recherche, etc.). Les résultats vont de 2h jusqu’à 30 à 40h. Évidemment ils prennent tout le processus d’écriture d’un article (recherche, rédaction, relecture, édition, publication).

Un autre post sur authoritymarketing.com est très intéressant dans la mesure où 16 experts racontent le temps qu’il leur faut pour un article. Nous avons pris quelques-uns des blogueurs les plus reconnus et résumé leur temps pour publier un article. Quand Neil Patel (Crazy Egg.com) peut mettre 2h pour un article (je vous mets au défi d’écrire autant que lui), Chris Brogan (chrisbrogan.com) peut mettre 15 minutes.

Au final, chacun écrit à sa façon et à son rythme, il n’y a pas de temps de référence.

 

Quelle est la taille idéale ?

 

Le grand minimum pour être référencé par Google est de faire un article de 300 mots mais en réalité il en faut beaucoup plus pour atterrir sur les premières pages et être bien référencé. Pour prendre une moyenne globale, il faudrait écrire un article autour des 2000 mots pour être considéré comme très pertinent. Néanmoins, cela ne convient qu’aux articles de blogs car sur les réseaux sociaux c’est totalement différent, car Twitter limite à 140 caractères pour s’exprimer (100 étant la longueur idéale pour un tweet), sur Facebook seulement 40 suffisent ! L’infographie ci-dessous résume les tailles idéales pour différents types de contenus :

tailles conseillés publications blog site réseaux sociaux mail

Source : Blogdumoderateur

 

Pour vérifier quelle importance a la longueur de l’article pour le référencement, on va rechercher un sujet qui intéresse tout le monde « organiser anniversaire surprise », car oui, c’est un sujet qui nous tracasse quand on se réveille le matin.

Si on passe les annonces mises en avant, on tombe sur un premier article « Comment organiser un anniversaire surprise en 10 étapes ? » qui fait environ 1600 mots et fait le tour complet de la question. Ci-dessous, nous avons compté le nombre de mots pour les 10 premiers résultats donnés par Google.

longueur article organiser anniversaire surprise

On constate un décroissement en fonction du contenu pour les 4 premiers articles, mais pour les suivants, on voit que le contenu ne fait pas tout. En effet, même s’il a une part importante, d’autres paramètres comptent pour être bien vu. Pour être sûr de notre constat, on va essayer avec une nouvelle recherche sur un sujet divers « emailing ». On tombe sur un article de presque 1200 mots qui date de 2014 (une éternité sur internet), mais apparemment très complet sur la question. Ci-dessous le nombre de mots par articles :

longueur article emailing

 

Votre internaute n’est pas fidèle

 

A l’ère d’internet, les lecteurs sont plus impatients et veulent trouver l’information le plus rapidement possible. Une fois trouvé, il ne passe en général pas énormément de temps sur votre article. Il va plus lire les titres et grandes lignes, lecture en « diagonal » puis revenir aux sous-parties qui l’intéressent. Une étude réalisée par medium a calculé le nombre de mots idéal et le temps optimal que doit faire votre article pour intéresser votre lecteur.

attention internaute articlesSource : Medium

 

On constate que 7 minutes sont recommandées, ce qui correspond à 1600 mots. Après vous perdez votre lecteur à vouloir peut être trop en dire, ou sortir trop du sujet, parfois un peu de concision est nécessaire.

Se réinventer, innover et expérimenter du nouveau contenu : les secrets pour durer

 

Ce n’est pas la taille qui compte !

 

Évidemment, la taille n’est pas le seul critère, il y a la qualité du contenu qui est très important. Google va juger si votre article est pertinent en fonction des mots-clés présents, dans notre exemple il vaut mieux qu’il y ait les mots « fête », « surprise », « anniversaire » et dans une moindre mesure « organiser » ou « invité ». Ces mots-clés pourront vous aider à être mieux référencé mais il faut également que l’article soit cohérent, qu’il réponde aux besoins de l’internaute. S’il n’a pas trouvé ce qu’il cherche et qu’il quitte rapidement votre page, vous aller « descendre » dans les résultats pertinents à ce sujet.

Les mots-clés évoqués précédemment ont aussi un score de pertinence par rapport au sujet et vont vous aider à monter dans les résultats, plus vous réussissez à « caser » les bons mots dans de longues et belles phrases, plus vous serez le « dieu » du sujet pour Google et plus il vous aimera. Ce que Neil Patel, expert du SEO et l’un des entrepreneurs les plus inspirants du web, appelle le « contenu profond », c’est-à-dire qu’il trouve le maximum de sujets pertinents possible.

 

Quelques conseils pour augmenter votre audience

 

Le mieux pour augmenter votre audience est votre expérience personnelle bien entendu mais quelques petits « trucs » de rédacteurs web, peuvent vous aider à progresser. Tout d’abord, et c’est un secret pour personne, le fait de soigner ses titres et sous-titres aident beaucoup le lecteur car c’est ce qu’il lit en premier.

Mettez également dans les premiers paragraphes le maximum d’informations importantes. Autre bonne pratique, non obligatoire mais qui aide votre lecteur dans la lecture et attire son attention est de mettre une information importante en gras, ou d’une autre couleur que le noir.

Vous pouvez également donner de l’air à votre contenu en faisant des paragraphes très courts et éviter de longs pavés. Ajoutez également des illustrations, Confucius disait « une image vaut mille mots ».

Essayez de ne pas être trop ennuyeux et adoptez votre style à vous ! Relisez-vous et faites-vous corriger par un de vos collègues ou de vos amis qui est à l’aise avec la rédaction. Alternez aussi le rythme (phrases longues, phrases courtes) et mettez si vous le pouvez quelques sous-entendus ou phrases un peu décalées pour donner de la légèreté à votre article.

women said woman listening

Pour plus de conseils sur la rédaction d’un article, lisez Booster son trafic : les 10 étapes clé de la rédaction d’un article.

 

Comment plaire à Google ?

 

Comme dit précédemment, Google vous aimera si votre article est pertinent, comporte des mots-clés adaptés au sujet et est suffisamment long. Il appréciera aussi si les lecteurs ne font pas de pogo sticking (« qu’ils ne reviennent pas dans les recherches pour trouver un autre résultat »), ceux qui restent sur votre page longtemps et si votre article est partagé.

Il a aussi mis en place deux logiciels, Google Panda et Pengouin, pour lutter contre les articles et les sites de mauvaise qualité. Ces derniers ont largement modifié le référencement de nombreux articles et ont modifié la tactique en matière de SEO.

Plaire à Google

 

On peut se dire que le fait d’être bien classé par Google ressemble à une grande recette avec tout un tas d’ingrédients de quantité variable. Ceux les plus notables sont le contenu de l’article, le nombre de mots-clés pertinents, votre taux de partages sur les importants réseaux sociaux (Facebook, Twitter) et évidemment un peu la longueur de ce dernier.

Vous l’aurez compris : il n’y a pas que la taille qui compte, c’est la profondeur et la pertinence qui priment !

Suivre Téva Vermel:

Rédacteur chez ID AGIR WEBPROSPECTION.

Laissez un commentaire