Les freins de l’E-commerce

Classé dans : E-commerce | 0

Rentabilité, gestion de la logistique et manque de compétences: voilà le trio de tête des freins au développement du E-commerce selon une étude publié par notre partenaire  Oxatis sur un panel de 250 entreprises interrogées. Les lecteurs des nombreux articles de notre site ont déjà des axes de réflexion pour lever ces doutes mais détaillons les maintenant.

Des doutes sur la rentabilité ?

Le E-commerçant en a d’ailleurs plus peur que le commerçant car ce dernier s’appuie essentiellement sur son commerce physique alors que l’ e-commerçant ne peut compter que sur l’efficacité de son site marchand. Nous parlions de ce doute déjà dans notre articles sur les chiffres de l’ecommerce 2015. La rentabilité est au cœur de tout business et internet n’a rien changer à cette donne. Les principales raisons en sont le prix des prestations qui augmentent (les adwords de Google mais aussi les prestations de services qui deviennent de plus en plus techniques et chronophages), la diminution du panier moyen dont l’érosion ne fait que continuer d’année en année, et aussi la concurrence car ne l’oublions pas il se crée, en France, toujours 1 site marchand toutes les 30 minutes environ.

Ces doutes devraient être levés dès l’analyse du business plan… mais combien de futurs E-commerçants en rédige un qui soit un document de référence?

Un travail sur l‘amélioration du taux de conversion mais aussi sur la pertinence du trafic et notamment son cout d’acquisition doit absolument être fait avant de déployer sa tactique de webmarketing. C’est cette réflexion en amont qui permettra à votre projet d’être viable… ou pas.

Un manque de compétence?

Oui et non car la compétence la plus importante à avoir pour réussir dans ce secteur d’activité est… d’être un commerçant tout court. en cela ceux d’entre vous qui ont déjà une expérience de gestion d’un magasin physique ont incontestablement une longueur d’avance.

Les compétences qui semblent poser le plus de problème à ces e-commerçant sont pour 27% d’entre eux le marketing et le graphisme pour 20% (on en fait toujours de trop sur ce sujet), suivis par la logistique (curieux car pour beaucoup d’entre eux cette logistique est externalisée) et l’informatique (et pourtant l’avènement des CMS et notamment des solutions auto-hébergées ont levé quasi totalement tous les freins de coté là en simplifiant le travail d’animation).

Ce frein  peut être levé car il existe tout un panel de formations et nous en donnons beaucoup de gratuite par l’intermédiaire de nos webinaires ou de nos conférences gratuites (encore faut il que vous soyez inscrit et c’est ici qu’il faut le faire). Mais cela ne suffira pas car la formation ne remplacera jamais l’expertise et il est difficile d’en avoir sir l’on ne travaille pas sur beaucoup de sujets différents et qu’on ne le fait pas depuis longtemps.

C’est avec le temps que se conquiert l’expertise, qui vous fera gagner du temps.

Le métier de E-commercant est l’art de coordonner des fonctions complémentaires qu’il faut savoir sous-traiter si l’on veut aller vite.

Un secteur pourtant toujours aussi attractif.

41% des entreprises qu n’ont pas encore un site marchand y pensent et quand on voit la croissance du secteur des ventes internet, elles sont bien raison d’y penser. Le secteur a une dynamique forte et il y a encore beaucoup d’opportunités à saisir. Mais pas n’importe comment. Pas sans préparation et surement pas sans les conseils de partenaires proches de votre business. Il est absolument indispensable que le partenaire comprenne bien votre projet pour pouvoir vous apporter les éléments de réflexion indispensable à votre croissance et à votre rentabilité.

Ce marché reste en majorité capté par des PME pour 77% et seulement 13% des site marchands appartiennent à des entreprise de plus de 10 salariés. Internet reste encore le domaine.

S’organiser avec méthodologie

Si vous êtes abonnés à nos conseils ou si vous lisez régulièrement ce blog vous savez que le succès dépends de votre préparation comme les résultats dans une compétition sportive ne dépendent que de l’entrainement. vous me direz que cela est plus facile avec de bonnes prédispositions; certes mais avoir un budget significatif n’est pas un age de succès garanti.

Le e-commerce est une activité qui peut et doit être lucrative si l’on s’en donne les moyens et que l’on a renoncer aux mirages de l’internet et du tout gratuit ou du tout pas cher. Il y a une infinité de tutos sur la toile ou l’on peut tout savoir… et gratuitement. C’est un peu comme les recettes de cuisine, vous en trouverez des milliers à portée de quelques clics, pour autant aucune d’entre elle ne rivalisera avec les conseils d’un cuisinier étoilé qui vous forme et vous accompagne. Voila la principale raison de ces freins et nous autres, consultants, y avons aussi contribuer à les nourrir en voulant vendre des prestations a quelques centaines d’euros à des porteurs de projet qui n’étaient pas prêts.

Il y a un ticket d’entrée à deux facettes: une économique et l’autre de compétence technique.

Voici l’infographie faite à partir de l’étude d’oxatis que vous pouvez  retrouver sur leur site ici.

freins-e-commerce-2015

 

 

 

Laisser un commentaire